Zurück zur vorherigen Seite

Diversifier l'offre touristique et créer de nouvelles opportunités d'attirer de nouveaux clients intéressés par ce sujet.

Le tourisme industriel devient un témoin de la culture industrielle d'une région et, en tant que produit touristique, existe déjà en Italie (dans le Frioul, à Turin, à Milan, à Florence et à Vincenza) et en Europe (France, Allemagne, Espagne et Pologne).

Objectif général du projet : Diversifier l'offre touristique et créer de nouvelles opportunités d'attirer de nouveaux clients intéressés par ce sujet.

Objectifs stratégiques :

  • Offrir un produit désaisonnalisé
  • Augmenter les dépenses des visiteurs et touristes
  • Valoriser le patrimoine industriel présent sur le territoire

 

Objectifs spécifiques :

  • Accroître le nombre d'arrivées et la fréquentation touristique
  • Développer un nouveau produit touristique

 

Actions principales :

  • Inventorier toutes les entreprises qui pourraient être retenues comme entreprises « visitables » et intéressantes du point de vue touristique
  • Définir un modèle de visite (Linee Guida) et un processus à instaurer pour toutes les visites d'entreprises qui seront retenues
  • Sensibiliser et former les entreprises accueillantes et les responsables touristiques impliqués
  • Programmer des parcours de visites en lien avec le modèle défini (Linee Guida)
  • Programmer des itinéraires sur le territoire choisi (ici le Valais romand) intégrant les visites les plus attractives du tourisme industriel
  • Communiquer et promouvoir tant en interne qu'en externe le lancement du tourisme industriel et de ses itinéraires
  • Analyser les résultats, combler les faiblesses et diffuser le savoir-faire dans ce segment du tourisme industriel

 

Régions italiennes concernées :

  • La région de Verbano-Cusio-Ossola
  • La région de Biella
  • La région de Novare
  • La région de Vercelli

 

Région suisse concernée :

  • Le canton du Valais, en commençant par le Valais romand

Equipe de travail : Marie-Françoise Perruchoud-Massy, Jean-Charles Bovier.