Retour à la page précédente
Loïc_Studer

Face aux défis de la mobilité urbaine, toujours plus de collaborateur∙trices et d’étudiant∙es se déplacent quotidiennement à vélo. Rencontrez Loïc Studer, 22 ans, en 2e année du Bachelor Informatique de gestion à la HES-SO Valais-Wallis. Pendant la semaine, il réside à Sierre et suit ses cours dans le bâtiment Bellevue. 


Dans quel cadre te déplaces-tu à vélo ? 

Chaque jour, je fais la navette entre mon studio et le campus à vélo, c'est vraiment très pratique et cela ne me prend que 4 minutes. C'est une routine que j'ai rapidement adoptée pour sa commodité et son efficacité.

Quels sont les bénéfices que tu en retires ? 

Pour moi, le vélo est synonyme de rapidité et de liberté. Je trouve que c'est le moyen le plus efficace de se déplacer en ville, surtout pour aller à l'école. Peu importe le temps - neige, pluie ou soleil - mon VTT est toujours prêt à me conduire où j'ai besoin d'aller.

Est-ce que tu éprouves certaines difficultés au jour le jour à te déplacer à vélo ? 

Globalement, je trouve que le trajet est plutôt simple. Les routes sont en bon état et il y a suffisamment de place pour garer mon vélo près de la gare. La seule difficulté que je rencontre régulièrement est de devoir monter les escaliers avec mon vélo, mais cela fait partie de l'aventure !

Aurais-tu des recommandations à donner aux cyclistes ou aux décideurs ? 

Il arrive souvent que les voitures roulent trop près des cyclistes. Les bandes cyclables existantes sont utiles, mais leur nombre est insuffisant. De plus, le parking à vélo sous la gare était un atout majeur pour les cyclistes, mais il a récemment été supprimé. Cette décision m'échappe, car cet emplacement était extrêmement pratique. Enfin, il y a beaucoup de vélos abandonnés en ville qui prennent de l'espace inutilement. Une meilleure gestion de ces vélos serait bénéfique pour tous.