Retour à la page précédente
Flagship

4 vastes projets collaboratifs de recherche

Dans son nouveau programme national Flagship Initiative qui soutient 15 projets de recherche collaboratifs innovants, Innosuisse a approuvé 4 projets dans lesquels la HES-SO Valais-Wallis est impliquée.

La Haute Ecole de Gestion (HEG) de la HES-SO Valais-Wallis est impliquée depuis le début de l’année dans 4 vastes projets collaboratifs de recherche (sur 15) plébiscités par Innosuisse, l’agence suisse pour l’encouragement de l’innovation, dans son programme Flagship Initiative. Ce dernier a pour objectif de stimuler l’innovation et de promouvoir la collaboration transdisciplinaire au sein d'un même projet. L’initiative s’efforce de trouver des solutions à des défis actuels ou futurs qui ne peuvent être résolus que par un travail collaboratif. Pour Laurent Sciboz, responsable de l’Institut Informatique, il s’agit d’une belle marque de reconnaissance : « Nos projets de recherche sont au cœur de la transformation digitale de notre société et de notre Swiss Digital Center. Cette reconnaissance démontre que l’ensemble des chercheurs et chercheuses de l’institut, au travers de projets d’envergure qu’ils soient européens ou nationaux, fournissent un travail exceptionnel afin de proposer des solutions innovantes pour la population, les institutions et le tissu économique de notre canton ».

Les deux thèmes définis par Innosuisse en 2021 sont l’accélération de la transformation numérique induite par la COVID-19 et l’amélioration de la résilience et de la durabilité de la société, de ses infrastructures et de ses processus. 

Vers une logistique urbaine durable

Les villes souffrent d'un trafic trop important qui entraîne des embouteillages et une pollution atmosphérique et sonore. La popularité croissante du commerce électronique, accrue par la crise du COVID-19, intensifie encore ces défis et prouve que nos systèmes de logistique urbaine ne sont pas suffisamment fiables, résilients ou durables.

Le projet Smart urban multihub concept – dont le partenaire valaisan est le professeur René Schumann – a pour objectif de développer un futur concept de logistique urbaine qui soit durable, résilient, respectueux de la ville, et qui réduise le trafic croissant de marchandises dans les villes, en se concentrant sur les livraisons et les retours de colis et d'autres marchandises, tout en augmentant la qualité de vie des habitants. Une approche coopérative est introduite, dans laquelle les concurrents coopèrent naturellement dans un multihub urbain intelligent (UMH). L'efficacité logistique est améliorée par le regroupement des activités, ce qui entraîne une réduction des coûts, une diminution des véhicules-kilomètres parcourus et des émissions de CO2, ainsi qu'une augmentation de la durabilité sociale grâce à une meilleure qualité de vie dans les villes.

Une comptabilité environnementale  

À la HES-SO Valais-Wallis, le partenaire du projet national de recherche WISER (Web of Interoperable Digital Services for Knowledge on Decarbonisation Pathways) est le professeur Jean-Paul Calbimonte. Ce projet propose une innovation systémique pour la Suisse : devenir un leader mondial de la comptabilité environnementale. En s'appuyant sur la transparence et la responsabilité, ainsi que sur les atouts de la Suisse en matière d'excellence et de précision de la recherche, un écosystème numérique va être créé dans lequel les acteurs publics et privés pourront contribuer en partageant aussi bien leurs connaissances que leurs propres données sur les gaz à effet de serre (GES). 

Une fois vérifiées, ces données seront ajustées afin de les rendre comparables, ainsi les organisations pourront prendre des mesures ciblées pour améliorer et accélérer leurs efforts de décarbonisation. À cet égard, le projet WISER fournit des cadres d'évaluation et des outils de visualisation adaptés. Les connaissances décentralisées sur les émissions de GES sont ainsi partagées plus facilement pour analyser les empreintes carbone (EC) des chaînes d'approvisionnement. 

SwissNeuroRehab

Le consortium du Flagship SwissNeuroRehab va développer et valider un modèle prouvé efficace pour accompagner la neuro-réhabilitation tout au long du continuum de soins en Suisse. La partie valaisanne est portée par le professeur Henning Müller. Ce modèle centré sur le patient précisera leurs besoins cliniques, opérationnels et économiques pour traiter les déficits sensorimoteurs et cognitifs après un accident vasculaire cérébral, une lésion cérébrale traumatique et une lésion de la moelle épinière. Des programmes thérapeutiques de pointe, fondés sur des données probantes et exploités par les thérapies numériques, seront validés et miss en application dans plusieurs centres hospitaliers. 

Un modèle économique intercantonal permettra de valider le remboursement du nouveau modèle au sein du système de santé et d'estimer le retour sur investissement pour les prestataires de soins et les entreprises MedTech. Le modèle offrira une solution à long terme pour relever les défis liés à l’augmentation croissante des troubles neurologiques dans une société vieillissante.

Un tourisme résilient

Le tourisme est un phénomène planétaire: en Suisse, il représente près de 3% du PIB et 4,4% de l'emploi total (OCDE, 2018). La pandémie a frappé très durement le secteur avec une baisse de près de 60% des arrivées internationales (SECO, 2020). Elle a accéléré l’inévitable transformation numérique à laquelle le secteur allait devoir faire face afin d’optimiser l’offre locale et la répartition de la demande internationale. Représenté à la HES-SO Valais-Wallis par Roland Schegg, le Flagship ResTo a été conçu de façon à répondre de manière proactive aux enjeux de la transformation numérique en donnant à l’ensemble du secteur des voyages les moyens de disposer de données fiables, de nouveaux modèles commerciaux, de processus et d’expériences ainsi que d’outils destinés à concevoir des systèmes touristiques résilients, tout en favorisant l’enrichissement mutuel des communautés de pratique.

2014(PHOTO-GENIC.CH/ OLIVIER MAIRE)
Contact:
Responsable de l'institut, Informatique, Professeur·e HES, Laurent Sciboz