Retour à la page précédente
De g. à dr. Sofia Fernandes, Elodie Perruchoud, Prof. Philippe Voyer (Université Laval, Québec), Omar Portela Dos Santos

En septembre dernier à Yverdon, lors du 6ème Symposium sur la psychiatrie de la personne âgée, Sofia Fernandes Elodie Perruchoud, Omar Portela Dos Santos de la Haute Ecole de Santé de la HES-SO Valais-Wallis, ont présenté des technologies et des innovations au service de la personne âgée, ci-dessous retrouvez les synthèses de leurs conférences :


Elodie Perruchoud, Collaboratrice scientifique HES

L’approche Living Lab au service des personnes âgées souffrant de troubles neurocognitifs

L’approche des livings labs permet d’offrir un environnement où de nouveaux produits et services sont développés en intégrant de manière active les utilisateurs tout au long du processus de création. De nombreuses études ont souligné les avantages d’une telle approche qui permet notamment d’avoir une connexion plus riche avec les utilisateurs, ce qui favorise une appropriation plus optimale du produit/service et potentialise une mise sur le marché réussie. Même si le fait d’intégrer une personne âgée souffrant de troubles neurocognitifs en contexte de living lab peut poser quelques défis importants, ceux-ci sont fortement contrebalancés par les retombées positives de cette intégration.

Omar Portela Dos Santos, Maître d’enseignement HES

Technologies d’assistance dans la gestion des SCPD : entre gadgets et évidences 

Quel apport de la technologie au sein des populations présentant des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence (SCPD) ? Les SCPD engendrent des conséquences holistiques, c’est-à-dire qu’ils impactent la qualité de vie des patients eux-mêmes et des proches aidants et ont des effets négatifs sur les professionnels de la santé et le système de santé. Pour répondre aux besoins en termes d’assistance, de surveillance, de présence humaine et de supports financiers, des soins de santé intelligents, abordables et accessibles sont nécessaires pour garantir la qualité des soins et la sécurité des patients. Les gérontechnologies ou gérontotechnologies, telles que les Technologies Portatives et Ambiantes (TOA), Internet of Things (IOT) ou encore Intelligent Assistives Technologies (IAT), apparaissent comme la solution. Cependant, pour ne pas basculer sur le côté pervers et l’aspect « gadget », il est nécessaire d’utiliser ces technologies de façon réfléchie et pondérée, sans les détourner de leur première intention. En effet, elles présentent aujourd’hui une opportunité de repenser les soins en identifiant les besoins, les défis et les enjeux socio-sanitaires.

Sofia Fernandes, Chargée de cours HES

Les approches psychosociales pour gérer les SCPD : un état des lieux sur des preuves

Les approches psychosociales, aussi connues comme interventions non pharmacologiques, sont recommandées comme traitement de première intention des SCPD et ne sont complétées par des médicaments psychotropes que si cela est inévitable. La plupart de ces approches sont acceptables, n’ont pas d’effets nocifs et nécessitent un investissement minimal ou modéré. 

Comparativement aux traitements pharmacologiques des SCPD, les données probantes concernant les approches psychosociales sont plus limitées. Cela peut s’expliquer par la nature hétérogène de ces approches et par la variété dans la conception des études. 

La littérature mets en évidence qu’il n’existe pas de preuves solides en faveur d’une approche psychosociale particulière, recommandant plutôt une approche individualisée et adaptée étant donnée la gamme de comportements et les nombreux facteurs associés aux SCPD. La littérature met également en lumière que les interventions à composantes multiples se sont avérées plus efficaces. 

Quelles approches/modèles de soins pour préparer les EMS à gérer les résidents complexes ?

Les soins en EMS deviennent de plus en plus complexes en raison de l’âge avancé à l’entrée, de la polymorbidité, du déclin fonctionnel, de la dépendance, ou encore de l’omniprésence des troubles psychopathologiques et du comportement. Face à cette complexité toujours croissante, les modèles de soins multidisciplinaires semblent apporter une réponse efficace, notamment par l’implantation du concept resident familiy centered care et de l’évaluation gériatrique globale. Ces modèles contribuent à la diminution de l’agitation et des comportements perturbateurs, de la dépression, de l’utilisation de psychotropes et des réadmissions à l’hôpital. 

Dans le contexte spécifique des EMS, la littérature recommande que les modèles de soins innovants soient implantés par les infirmiers, en mettant en évidence leurs compétences en matière d’évaluation clinique, de planification et coordination des soins et d’evidence based practice.