Retour à la page précédente
Grangettes

Un refuge apprécié
Sans surprise, les visiteurs et les habitants des communes alentour se rendent dans la réserve des Grangettes (située entre Le Bouveret et Villeneuve, sur les vestiges de l'ancien grand delta du Rhône) pour la beauté du site, en quête de calme et de détente.
Sportifs, amoureux de la nature et naturalistes amateurs sont les principaux publics, tous d'avis que le site doit être préservé et qui estiment que l’équilibre est bon entre les espaces interdits au public et les zones accessibles aux activités récréatives. Ils et elles restent sur place environ 2 heures ou moins (63% des réponses) et moins d'une fois par mois (40% des réponses).

Des moyens d'accès différents
Des habitants critiquent l'affluence des week-ends et ne verraient pas d'un bon œil des efforts de promotion pour attirer plus de monde aux Grangettes. Un problème de circulation automobile est souvent relevé, d'ailleurs près de la moitié (43%) des visiteurs interrogés utilise ce moyen d'accès contre seulement 26% des habitants qui indiquent le faire. Ces derniers se rendent sur le site à pied (74%) ou en vélo (60%), alors que chez les visiteurs, ces 2 moyens de locomotion représentent 26% (marche) et 30% (vélo). Des idées d'interdiction de circuler et de grand parking à l'entrée du site sont mentionnées.

Une infrastructure satisfaisante
Par contre, le projet d'implantation d'un centre d'accueil ne suscite pas d'enthousiasme, tant chez les visiteurs que les habitants. Une interprétation possible serait qu'un tel centre est perçu comme une intrusion dans un espace naturel. En revanche, les parcours aménagés, les chemins à but didactique ou les postes d'observation de la faune sont vus de manière positive. Les répondants se déclarent d'ailleurs plutôt satisfaits, voir tout à fait satisfaits, des infrastructures mises à disposition (bancs, chemins, panneaux d'information, points d'observation, poubelles). Seuls quelques WC, en lieu et place des toilettes sauvages, semblent encore manquer.
La proposition de rendre payant l'accès à la réserve a été massivement rejetée par les usagers, à hauteur de 85%. Ce qui n'est pas surprenant pour la Suisse, où l'accès à la nature est largement considéré comme un bien commun gratuit.
Enfin, la Fondation des Grangettes (gestionnaire du site) et ses missions sont mal connues. La majorité des visiteurs déclare ne pas connaître la Fondation et c'est aussi le cas de 57% des habitants.

L'enquête
Ces résultats découlent d'une enquête par questionnaire menée sur le terrain entre le 19 et le 30 juillet 2021, ainsi qu'à distance auprès des habitants des communes de Port-Valais, Noville et Villeneuve, durant le mois de décembre 2021. 374 personnes ont répondu aux questions sur le terrain et 139 habitants ont bien voulu remplir le formulaire en ligne.
Les résultats ne montrent pas de grande différence entre les avis des usagers sur le terrain et celui des habitants, et il faut noter que de nombreux répondants sur place étaient aussi des habitants de la région.
L'échantillonnage n'est pas dû au hasard puisque l'enquête de terrain s'est déroulée dans quelques endroits stratégiques de la réserve, où il était plus facile de contacter les visiteurs. Par exemple, les postes d'observation utilisés par les naturalistes amateurs, ce qui rend leur nombre certainement surreprésenté dans l'échantillon total. Les personnes qui n'ont pas souhaité répondre induisent également un biais, comme pour toute enquête de terrain. On relève pour terminer qu'un public originaire de Suisse alémanique était aussi présent durant la période d'enquête (vacances d'été) et qu'il n'a pas été interrogé pour des questions d'organisation et de gestion de la langue allemande.

Ralph_Lugon_4J4A9182
Contact:
Adjoint·e scientifique HES, Ralph Lugon