Retour à la page précédente
Image

A tous les étudiants et collaborateurs de la HES-SO Valais-Wallis,

La Commission culturelle de la HES-SO Valais-Wallis a le plaisir de vous inviter à la projection du documentaire

La viande in vitro, bientôt dans notre assiette ?

programmé dans le cadre du 10e Festival du Film Vert. Ce film a été réalisé en 2013 par Véronique Préault d’Arte France.

 

Pourra-t-on un jour nourrir la planète à l'aide de steaks de synthèse ?

Dans le sillage du premier hamburger in vitro, né en avril 2013, un éclairant tour d'horizon des recherches autour de la viande et de ses substituts.

D'ici à 2050, la consommation mondiale de viande devrait doubler. Or, jusqu'à quel point peut-on développer un élevage intensif, gourmand en eau et en énergie, producteur de gaz à effet de serre et sans égard pour la souffrance des animaux ? Dès 1932, Winston Churchill, pourtant fin gourmet, dénonçait ce gaspillage et rêvait d'un moyen de « fabriquer des ailes et des cuisses sans élever tout un poulet ». Le 17 avril 2013, une équipe du chercheur hollandais Mark Post exauçait ce vœu à sa façon en créant le premier hamburger à base de viande in vitro. Prix de ce premier petit morceau de viande au goût plutôt satisfaisant : 300 000 euros. Ce coût pourrait évidemment baisser si l'on développait cette fabrication à l'échelle industrielle.

 

Steaks éprouvettes

Aux États-Unis, la start-up de Gabor Forgacs fabrique elle aussi un morceau de viande de synthèse en utilisant une imprimante 3D fonctionnant avec de l'encre biologique. Les deux équipes mènent leurs travaux grâce aux subsides de riches mécènes, mais la recherche publique s’y intéresse, car elle espère ainsi trouver une solution pour nourrir l'ensemble de la planète.

Mais le consommateur acceptera-t-il de troquer son filet mignon contre un équivalent artificiel ? Et quel serait l'impact sur l'environnement d'une viande de synthèse produite en masse ? Menée aux quatre coins du globe auprès de scientifiques, d'ingénieurs, d'éleveurs, de responsable d'association de défense des animaux et de consommateurs, cette remarquable enquête offre un copieux tour d'horizon des recherches autour de la viande et de ses alternatives.

Le film aborde avec limpidité des notions complexes : par exemple, la fabrication du steak in vitro expliquée à l'aide d'interviews, d'infographies, de gros plans et d'images prises au microscope. Le film pointe aussi les risques d'une trop grande consommation de viande et examine d'autres pistes que celle de du steak de synthèse comme celle des insectes, riches en protéines et déjà appréciés dans certaines parties du monde.

 

La projection de ce film aura lieu le

Mercredi 4 mars 2015 à 17h00 à l’aula FXB de la HES-SO Valais-Wallis,

Route du Rawyl 47, 1950 Sion.

Elle sera suivie par un débat animé par Michael Beyrer, dr ingénieur, professeur en Génie des procédés alimentaires à la HES-SO Valais-Wallis à Sion, Mascha Pusnik, biologiste, dr en biologie moléculaire et cellulaire, assistante en Technologies du Vivant à la HES-SO Valais-Wallis ainsi qu’Andonia Dimitrijevic, directrice des Editions L’Age d’Homme (qui a notamment lancé en 2013 une collection végane).