Hes-so Valais
Menu
19-04-2017

Un développement aéronautique 100% renouvelable pour l’aéroport de Sion

« Retour
Un développement aéronautique 100% renouvelable pour l’aéroport de Sion
Un développement aéronautique 100% renouvelable pour l’aéroport de Sion

Suite au départ programmé de l’armée sur l’aéroport de Sion, un groupe de travail comprenant l’aéroport, la toute nouvelle entreprise H55 composée de membres du projet Solar Impulse, et la HES-SO Valais-Wallis, se penche sur le développement de l’aviation électrique. L’objectif est d’attirer à Sion des entreprises spécialisées dans les technologies propres « clean tech », et regrouper ainsi des compétences permettant de développer de nouveaux concepts pour les vols loisirs et le transport aérien, ayant le potentiel de réduire l’impact sur l’environnement.

Depuis septembre 2014, le Conseil fédéral a levé partiellement l’interdiction de vol des avions ultra-légers motorisés en Suisse, qui était en vigueur depuis 1984.  L’ordonnance sur l’aviation a ainsi été modifiée afin d’autoriser, dans un cadre restreint, l’exploitation de ce genre d’aéronefs. L’assouplissement de la législation a privilégié avant tout les engins électriques permettant ainsi de stimuler l’innovation dans ce secteur. C’est ainsi qu’en septembre 2016, le premier avion électrique de voltige suisse surnommé aEro1 a été présenté à Rarogne. Fini le bruit et les émissions polluantes pour les amateurs de voltige aérienne, et peut-être bientôt pour tous les avions. Ce projet, porté par l’entreprise haut-valaisanne Hangar 55, a reçu le soutien de la marque horlogère Hamilton, mais également de la Fondation The Ark et de la PME valaisanne Demont Technologies. Un potentiel à exploiter ? Tel a été le constat de base posé par l’aéroport de Sion qui a initié une réflexion visant à étudier le potentiel de développement des vols loisirs écologiques et de projets aéronautiques à haute valeur ajoutée.

Un travail de bachelor ayant pour objectif de développer un business plan « green fly » pour l’aéroport de de Sion est actuellement en cours. Cette étude visera également à analyser le potentiel d’utilisation d’énergies renouvelables locales en intégrant par exemple des cellules photovoltaïques sur le toit des hangars et en complétant les besoins pour voler par l’énergie hydraulique produite dans le canton afin de pouvoir voler 100% renouvelable. L’idée serait de créer un pôle de compétence aéronautique vert en regroupant sur un même site site plusieurs entreprises spécialisées dans ce domaine, permettant ainsi la création de synergies favorisant l’innovation.

C’est dans cet esprit que la toute nouvelle compagnie H55, composée de plusieurs ingénieurs et participants au projet Solar Impulse comme André Borschberg pilote et CEO, Sébastien Demont ingénieur responsable du pôle électrique pour Solar Impulse, Thomas Pfammater  pilote chez Air Zermatt cumulant plus de 10'000 heures de vol, Dominique Steffen ancien champion du monde de voltige aérienne en parapente et Grégory Blatt qui était responsable marketing et relations externes pour le projet Solar impulse, a été créée. H55 veut développer et augmenter le potentiel de la propulsion électrique dans le monde de l’aviation et ainsi rendre le transport aérien plus propre, moins bruyant en intégrant les notions de sécurité et de coûts qui pour l’avion aEro1 sont divisés par 5 au niveau de l’entretien. En effet, l’avion, baptisé « Hamilton aEro », combine d’excellentes propriétés aérodynamiques, un poids plume et un moteur électrique des plus efficaces qui lui ont permis de voler plus de 50 heures. Il fonctionne bien entendu sans aucune goutte d’essence et ne rejette aucun CO2 dans l’atmosphère. Sans parler du fait qu’il est très silencieux.

Pour l’aéroport de Sion, le potentiel est réel,  «Avec la présence en Valais de la Fondation The Ark, de la HES-SO et de l’EPFL, nous sommes persuadés que le développement de l’aéroport peut également s’inscrire dans un environnement technologique, et non simplement touristique.» mentionne Aline Bovier, Directrice de l’aéroport de Sion.

La mobilité propre devient ainsi une thématique phare pour le Valais, et elle s’invitera au prochain Salon Prim’Vert à Martigny. Le Salon des tendances printanières accueillera en effet la 2e édition des Swiss Mobility Days du mercredi 26 au dimanche 30 avril. Au programme de cette édition, un pavillon sera dédié à la mobilité propre et permettra au public de tester différents véhicules électriques, hybrides ou à hydrogène ainsi que de découvrir l’avion électrique Hamilton aEro et le planeur électrique archeopteryx. Un symposium scientifique ainsi que des conférences des professionnels et des communes viendront compléter ce programme riche en découvertes. Cette plateforme se veut ouverte au partage de connaissances entre les professionnels du secteur et le grand public afin de démontrer que l’utilisation de solutions propres est un moyen efficace de lutter contre les problèmes environnementaux actuels et futurs.