Retour à la page précédente
Vincent Fragnière

Entre 2016 et 2020, l’institut Informatique de gestion de la HEG et le groupe de médias ESH Suisse, dont Le Nouvelliste fait partie, ont mené un projet de recherche sur l’information de qualité. Le projet consistait à développer un « label qualité » pour indiquer aux lecteurs·trices si un article pouvait être considéré comme étant de bonne qualité ou non. Grâce à une série de critères, un logiciel a été créé pour analyser les articles rédigés au sein de la rédaction du Nouvelliste. Son rédacteur en chef, Vincent Fragnière, nous explique pourquoi cette démarche est si importante.

Pourquoi avoir été intéressé par ce projet de recherche ?

Le but de cette collaboration avec la HES-SO Valais-Wallis était de proposer aux lecteurs·trices un moyen clair et rapide pour identifier un article qui respecte les codes de la déontologie journalistique. Nous voulions trouver un moyen de distinguer entre un article journalistique de qualité, une fake news, une information officielle ou issue d’un communiquant.

Concrètement, comment cela s’est-il déroulé ?

Nous avons donné aux chercheurs de l’institut tous les accès, les données et les infos dont ils pouvaient avoir besoin pour faire leur travail et développer des algorithmes adaptés pour l’analyse des articles rédigés au sein de notre rédaction.

Comment les journalistes du Nouvelliste ont-ils réagi à un projet qui pouvait potentiellement mettre une mauvaise note à leurs articles ?

Pour l’instant, le projet est encore expérimental et n’est pas entré dans une phase concrète. Pour cette première partie, c’est la rédaction en chef du journal qui a été mise à contribution. Et il ne faut pas voir ce projet sous l’aspect de notes que l’on attribuerait aux articles.

Au sein de la rédaction du Nouvelliste, nous sommes toujours en contact avec les Valaisannes et les Valaisans et notre but est d’informer et d’accompagner nos lecteurs·trices pour leur offrir une meilleure compréhension des problématiques et des enjeux actuels. C’est notre objectif principal. Or, on constate à l’heure actuelle une certaine forme de remise en question de l’information issue des médias traditionnels.

La population valaisanne fait moins confiance aux journalistes du NF maintenant qu’il y a 20 ans ?

C’est avant tout le rapport à l’information qui a changé pour la population avec l’apparition d’Internet, puis des réseaux sociaux. Avec ceux-ci, une info se propage à une vitesse folle.

Or, les médias comme Le Nouvelliste ont le devoir de vérifier une info avant de la partager. Avec Internet et les réseaux sociaux, toutes sortes d’infos et de points de vue sont constamment partagés et grâce à notre travail, il est important pour nous de consolider encore plus le lien qui nous lie aux Valaisan·ne·s en leur proposant des articles qualitatifs – qui sont payants – et de l’information rapide et factuelle, qui, elle, est gratuite.

Quels sont les risques associés à ce changement de paradigme ?

Celui de ne plus faire de distinctions entre les différents types d’informations et qui peut produire un manque de confiance de la population. Et, sans confiance, l’équilibre de la démocratie est en péril. Les médias ont un devoir d’information afin d’expliquer et d’accompagner la population. Malheureusement, il y a tellement de news qui circulent que les gens ne savent plus qui croire, et il est agréable d’adopter une information qui conforte nos propres idées, surtout en cette période de pandémie.

Comment réagissez-vous face à des personnes qui disent : les médias, c’est des fake news ?

Heureusement, je ne l’entends pas souvent. Mais quand ces situations se présentent, il faut discuter et essayer de débattre. Une chose est sûre, les médias doivent mieux expliquer quel est leur travail qu’il y a 20 ans en arrière. D’ailleurs, nous réfléchissons à avoir une rubrique qui explique très concrètement le fonctionnement d’une rédaction et pourquoi notre travail n’a absolument rien à voir avec des fake news.


A la chasse aux Fake News avec notre application

Pour télécharger l'application Fake News du magazine hespresso de la HES-SO Valais-Wallis, suivez les liens ci-dessous:


Hespresso #4 en pdf

Cet article fait partie du 4e numéro du magazine Hespresso de la HES-SO Valais-Wallis qui porte sur la thématique des « fake news ». Plusieurs articles frauduleux ont été volontairement intégrés dans cette édition.