Hes-so Valais
Menu
14-04-2020

Témoignage #6 : un étudiant dans un EMS bas-valaisan

« Retour
Florian
Florian

Assistant de recherche auprès de l’institut Entrepreneuriat & Management et étudiant en Master à Lausanne, Florian a été réquisitionné par la protection civile pour travailler dans un EMS du Bas-Valais. Il témoignage de son quotidien, qui lui apporte bien plus de positif qu’il aurait pu l’imaginer !

« Mi-mars. Premiers messages d’annonce d’un engagement possible de longue durée pour la pandémie COVID-19. Assistant de recherche auprès de l’institut Entrepreneuriat & Management, j’ai passé deux semaines confiné à la maison à continuer tant bien que mal mon activité professionnelle. Etudiant à temps partiel au sein du Master of Science HES-SO en Business Administration, orientation Systèmes d’Information à Lausanne, nous avons suivi divers cours en ligne.

Après deux semaines de télétravail, l’alarme de la protection civile retentit : réquisition du 30 mars au 3 mai, et possibilité de prolongation jusqu’au 30 juin.

A ce moment-là, beaucoup d’interrogations se présentent : que vais-je faire ? Est-ce que je serai au contact de la mort ? Est-ce que je vais réussir à assurer mon Master ? Comment suivre mes projets de recherche au sein de la HES-SO ? Est-ce que mon moral ne va pas en ramasser un coup ? Vais-je vraiment être utile ?

Finalement, après une semaine passée au sein d’un EMS bas-valaisan, c’est une toute autre philosophie que j’adopte désormais. J’ai eu la chance d’être intégré complètement à l’équipe d’animation. La situation est difficile : les résident·e·s sont confiné·e·s en chambre, plus de repas en commun, ni d’activités pour les occuper tous ensemble la journée.

J’ai tenté de faire preuve d’initiative en proposant d’organiser des appels Skype avec les familles des résident·e·s. Nous profitons du soleil, en balade dans les jardins privés, nous jouons à des jeux, nous tricotons… un ensemble d’activités qui tentent d’apporter un peu de sourire et de distraction à ces résident·e·s perturbé·e·s, confiné·e·s et parfois déprimé·e·s.

Pas de masques FFP qui filtrent l’air mais de simples masques à porter 8h de temps, pas de renouvellement automatique des blouses, etc. Le matériel n’est pas optimal, mais nous n’avons pas le choix. La solidarité présente au sein du personnel est si grande qu’elle m’a impressionné. Le personnel est motivé, avance face à aux doutes quotidiens, ne se pose pas de questions, et se donne corps et âme dans cette situation. J’ai de la profonde gratitude et un énorme respect pour le personnel soignant.

Malgré des questions et des doutes qui sont toujours présents, je sais maintenant une chose : j’apporte une vraie valeur ajoutée et je veux aider ces résident·e·s à traverser cette période de la meilleure des manières.

Je tenais à remercier profondément l’EMS dans lequel j’ai été engagé, pour la confiance qu’ils m’ont accordée, leur soutien, mais également la mise en place d’activités si vitales pour nos personnes âgées. Merci également à la HES-SO pour la compréhension et l’adaptation de mes activités professionnelles et estudiantines, et à mes cher·e·s collègues pour leur soutien et leurs messages si bienveillants.

Je sais que je ressortirai beaucoup plus riche en expérience, en compétences et en motivation suite à cette pandémie. Ensemble, nous allons la traverser, et restons positifs, c’est mon mot d’ordre auquel je me rattache au quotidien. »

Bravo Florian, tu as raison, soyons solidaires !