Retour à la page précédente

L’évolution de la pratique obstétrique en Valais au XXe siècle, rituels entourant la naissance et construction identitaire de la sage-femme

Odette Fournier, Sage-femme
Attitudes religieuses face à la naissance en Valais entre 1930 et 1970

La recherche comporte deux volets, le premier étudie le basculement dans les vallées latérales du Valais de la naissance à domicile à la naissance en instituions de soins. Le deuxième s’axe principalement sur la figure de la sage-femme et la constitution d’une identité professionnelle.

 

L’évolution de la pratique obstérique en Valais au XXe siècle et des rituels entourant la naissance

Prenant racine dans les carnets des naissances d’Odette Fournier, sagefemme à Haute-Nendaz en Valais entre 1930 et 1970, cette étude revisite l’histoire et la psychologie de la naissance sur plus de quarante ans dans les Alpes valaisannes. Au travers de l’analyse des pratiques obstétriques et religieuses, elle met en évidence la cassure engendrée dans les communautés montagnardes par la construction des grands barrages hydroélectriques entreprise après la Seconde Guerre mondiale. Avec un monde qui s’évanouit alors, la sage-femme perd sa fonction « d’apporter dans les familles les bébés qui lui ont été confiés par l’ermite ». Dans l’avènement d’une ère nouvelle, elle deviendra à la fois l’incarnation mythique d’un monde perdu et une figure de transition entre une vocation et une professionnalisation du « naître », entre une pratique obstétrique à domicile puis en institution et entre une transmission des savoirs mortuaires dans le cadre familial et leur gestion ultérieure par les professionnels. Odette Fournier sert ainsi de guide pour reconstituer un fil rouge dans cette rupture de l’histoire (4ème de couverture, Odette Fournier, sage-femme).

 

L’identité de la sage-femme

Cette recherche vise, à partir des données récoltées dans le premier volet, d’investiguer la constitution d’une identité professionnelle, celle de sage-femme, et de son évolution du XIXe avec la disparition progressive des « matrones » au profit des « sages-femmes » jusqu’à l’arrivée au début du XXIe siècle des « hommes sages-femmes ». La construction identitaire et ses modifications seront étudiées en lien avec les récits qui forment ou déforment cette identité, notamment les récits qui transmettent des représentations de la sage-femme et de ses pratiques et qui sont présentes dans la société. De plus, une attention toute particulière se portera sur une possible dimension religieuse de son identité.