Retour à la page précédente

Développement d'un dispositif de verrouillage distal des clous centromédullaires

Image

Dans le domaine chirurgical, certaines fractures peuvent être fixées par des clous centromédullaires. C'est le cas des fractures du fémur ou du tibia. On insère une tige dans la cavité centromédullaire de l'os atteint. La fracture doit ensuite être stabilisée par des vis de part et d'autre de la rupture de l'os; ces vis jouent le rôle de clavettes.

Lors de l'opération, l'insertion des vis proximales (proche de la tête du clou) est aisée: leur position est facilement identifiable, l'extrémité proximale du clou étant visible. Par contre, la position des vis distales (celles éloignées de la tête du clou) ne peut être déterminée a priori en raison de la déformation des clous dans le canal osseux. Diverses techniques ont été développées dont la majorité utilise les rayons X. La durée de l'intervention étant de plusieurs dizaines de minutes, les mains du chirurgien et la jambe du patient subissent une irradiation importante.

Le développement réalisé par une équipe regroupant un chirurgien orthopédiste de l'Hôpital du Chablais et des ingénieurs de l'institut permet de s'affranchir totalement de ces techniques et ne nécessite aucun rayonnement ni instrumentation électronique.

Les études précliniques ont montré un taux de succès dans le verrouillage distal de 100%. Le procédé est exceptionnellement efficace: il permet des interventions plus rapides, plus précises, plus faciles et ne présente aucun danger d'utilisation ni pour les patients ni pour les équipes chirurgicales. Il est compact et s'adapte à tous les clous existants sur le marché. Il ne nécessite pas de formation technique complexe. Il permet une mise en œuvre dans le cadre de médecine de catastrophe et dans les pays en voie de développement car il est bon marché et est utilisable par des équipes réduites. Il permet enfin, grâce à sa précision, de réaliser des incisions de très petite dimension et de ne pas blesser la vis lors de son installation. Ce développement est protégé par un brevet.