Hes-so Valais
Menu

Analyse de données numériques médicales

Analyse de données numériques médicales © OLIVIER MAIRE
Analyse de données numériques médicales

Les entités sanitaires comme l’Hôpital du Valais, les HUG, le CHUV, et l’observatoire valaisan de la santé doivent pouvoir se baser sur une base de données d’images sur le covid-19. Le projet vise à apporter une aide à la réalisation de cette base de données dans le cadre des collaborations entre la Suisse et l’Europe. Un autre volet de ce projet vise à soutenir l’analyse des données épidémiologiques afin d’en maximiser la qualité et la pertinence et de pouvoir effectuer des prédictions sur l’évolution des infections.

Problématique

L’objectif du projet était de prendre contact avec les institutions médicales pour les aider avec l’acquisition systématique et aussi l’analyse des données sur le Covid-19, en gardant un focus sur les données d’imagerie.

Principaux résultats

L’équipe de projet a participé à deux initiatives européennes d’acquisition de données (l’un des deux projet étant Imaging COVID-19 AI https://imagingcovid19ai.eu/) et elle participe à l’analyse des outils sur ces données. Un projet monté en collaboration avec le CHUV, l’EPFL et d’autres partenaires (Adrien Depeursinge) a été déposé dans le cadre du PNR 78 Covid-19 auprès du FNS, mais il a malheureusement été refusé. L’équipe a également eu des contacts sur la modélisation des données Covid-19 avec les HUG, l’Hôpital
du Valais et l’Observatoire Valaisan de la Santé. Plusieurs chercheurs de la HES-SO Valais ont été sollicité dans ce cadre, mais il n’y a finalement pas eu d’analyses de données réelles car le partage de ces données s’est révélé difficile à réaliser. Une collaboration avec l’American College of Radiology (ACR), sur leur plateforme AI-lab, s’est mise en place. Quelques données Covid sont en cours d’analyse dans ce cadre.

Difficulté(s) rencontrée(s) / Enseignement(s) à tirer du projet

Après une première phase durant laquelle le projet a rencontré beaucoup d’intérêt, les partenaires hospitaliers n’ont plus été en mesure de répondre en raison de la surcharge de travail liée à la pandémie. Par la suite, avec la baisse des cas en début d’été, l’intérêt a été moindre.
Des aspects éthiques liés à l’acquisition des données ont aussi entraîné un certain retard et en ont limité l’accès et le partage par la suite. Le projet soumis au call PNR78 du Fonds national suisse de la recherche a été refusé.